Singapour endeuillée par le décès de Lee Kuan Yew

DSC_0945

« Rest in peace Mr. Lee Kuan Yew », peut-on lire sur des bouquets de fleurs déposés en hommage à l’ancien Premier ministre décédé cette nuit.

 

Aujourd’hui, Singapour est orpheline.

Le père fondateur de la Cité-Etat, Lee Kuan Yew, âgé de 91 ans, est décédé dans la nuit, au Singapore General Hospital, où il était hospitalisé pour une pneumonie depuis le 5 février dernier.

Son fils, l’actuel Premier ministre, a décrété une semaine de deuil national –jusqu’au 29 mars- en hommage à celui qui a gouverné le pays de 1959 à 1990.

Quelques heures seulement après l’annonce du décès de Lee Kuan Yew, de nombreux Singapouriens, émus, se rendaient déjà devant l’entrée principale de l’Istana, le palais présidentiel, pour présenter leurs condoléances, déposer des fleurs ou apporter des dessins, comme de multiples marques de respect à l’endroit du premier Premier ministre de Singapour.

Le site officiel, Remembering Lee Kuan Yew -www.rememberingleekuanyew.sg- qui retrace notamment la vie et la carrière politique du leader singapourien, vient d’être mis en ligne et offre également aux internautes la possibilité d’écrire un message d’adieu à l’ancien dirigeant.

Dans une allocution télévisée, le Premier ministre, Lee Hsien Loong, a rendu hommage ce matin, à celui qui « nous a inspirés, nous a donné du courage, nous a maintenus ensemble, et nous a conduits ici », a-t-il déclaré en s’adressant aux Singapouriens.

« Il s’est battu pour notre indépendance, a construit une nation là où il n’y en avait pas, et nous a rendus fiers d’être Singapouriens », a-t-il précisé avant d’ajouter « Lee Kuan Yew était Singapour ».

C’est en effet lui qui, en trente-et-un an, a transformé le pays densément boisé et nouvellement indépendant, en une société ultra-moderne, multiculturelle, à l’économie florissante.

 

Des hommages du monde entier

Aujourd’hui, les dirigeants du monde entier saluent l’homme d’Etat. « Il fut un vrai géant de l’histoire qui restera pour les générations à venir comme le père du Singapour moderne et comme l’un des grands stratèges des affaires asiatiques », a déclaré le président américain, Barack Obama. Pour le président chinois, Xi Jinping, Lee Kuan Yew « était largement respecté par la communauté internationale en tant que stratège et homme d’état ».

Dans un communiqué, le président français, François Hollande, a salué la mémoire d’un « homme d’Etat visionnaire, qui a su guider le développement remarquable de Singapour depuis son indépendance en 1965″. Et d’ajouter, « alors que Singapour et la France célèbrent cette année le cinquantenaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques, la France perd un ami, qui avait oeuvré au rapprochement entre nos deux pays et à l’approfondissement de nos coopérations dans tous les domaines ».

 

Une semaine de deuil national

Dès mercredi, la dépouille de Lee Kuan Yew, qui se trouve depuis cet après-midi à Sri Temasek, la résidence officielle du Premier ministre, située dans l’enceinte de l’Istana, devrait être présentée au public pendant quatre jours au Parlement.

Dimanche prochain, jour des funérailles nationales, une procession conduira le cortège funèbre à l’University Cultural Centre où seront notamment réunis la famille, le Président, Tony Tan Keng Yam, le Gouvernement, les membres du Parlement et les hauts fonctionnaires. Dans l’intimité, les proches devraient ensuite se rendre au crématorium de Mandai, dans le nord du pays.